Assistant Virtuel Reconfigurable pour le cockpit multimodal interactif d’une voiture autonome

Au sein d’un campus scientifique d’excellence mondiale (Paris-Saclay), vous prendrez une part active à la création d’un centre de recherche technologique de niveau international dans le domaine de l’Ingénierie numérique des systèmes.

Adossé aux meilleurs organismes de recherche français du domaine (CEA, Inria, Institut Mines-Télécom, etc.) et constitué par des équipes mixtes académiques et industrielles, ce centre a pour mission de générer de nouvelles technologies et solutions en s’appuyant sur les percées de l’ingénierie numérique et de diffuser ses compétences dans tous les secteurs économiques.

Les défis industriels que SystemX se propose de contribuer à relever pour le développement et le déploiement de services et solutions de (transport autonome sont les suivants :

  • Modéliser et simuler des systèmes de transport autonome.
  • Concevoir des architectures sûres et prêtes aux évolutions pour le véhicule autonome.
  • Développer des plateformes matérielles et logicielles sécurisées et sûres.
  • Opérer la cohérence des interactions humain/véhicule/environnement.

Poste

La conduite autonome soulève de nombreuses contraintes et obstacles : technologiques, d’usage et de comportement. Elle remet en question le statut même du conducteur. Ce dernier devient évolutif en fonction du niveau d’automatisation de la conduite. Dans les plus hauts niveaux d’automatisation, le conducteur s’approche du statut d’un passager presque comme les autres. La manière d’interagir avec le véhicule et l’environnement de conduite doit prendre en compte cette évolution et offrir des interactions appropriées en fonction du niveau de délégation de conduite au véhicule.

  1. Les transitions entre différents niveaux d’automatisation doivent également être rendues efficaces par des interactions appropriées, tout en gardant à l’esprit la sécurité, y compris dans les transitions vers un retour à la conduite manuelle.
  2. De même, il est important que le conducteur soit rassuré lors de la délégation des phases de responsabilité de conduite au véhicule. En outre, la gestion autonome de l’environnement conduit à des questions spécifiques qui doivent être traitées. Il s’agit notamment d’informer et de rassurer le conducteur, les passagers ou même les autres usagers de la route des intentions du véhicule autonome et de sa capacité à gérer ce qui se passe dans son environnement.
  3. Concernant l’autonomie des véhicules et les IHM, la proposition technique disponible aujourd’hui a déjà beaucoup progressé. L’ajout d’intelligence embarquée dans les systèmes, produits et réseaux permet d’améliorer l’adaptation de la machine à l’homme à travers une gestion plus fine des contextes, des souhaits de personnalisation, de l’apprentissage des usages. De plus, les solutions de suivi des activités ou de la disponibilité du conducteur (driver monitoring) permettent de prendre en compte le contexte, et, si nécessaire, de proposer des réponses ou des interventions adaptées. En outre, l’accès à des informations contextuelles externes constitue une nouvelle offre potentielle pour l’ensemble des occupants du véhicule.

L’objet du travail de thèse sera d’analyser, de proposer, de formaliser et d’évaluer différentes configurations que pourra prendre l’assistant virtuel. Ces formalisations devront solliciter plusieurs modalités sensorielles (visuelle, auditive, haptique). Elles s’appuieront d’une part sur des combinaisons d’interface homme machine et d’autre part, sur les technologies soumises par le consortium et disponibles dans le cadre du projet.

Le nécessaire travail de bibliographie et la définition des besoins « utilisateur » devraient permettre d’affiner la problématique et d’établir la méthodologie et le protocole de recherche. Sans perdre de vue une vision holistique du projet, la démarche de réflexion et de mise au point méthodologique de ce début de thèse devra nous permettre de sérier la problématique autour d’un scénario choisi.

La définition des scenarios d’usage permettra d’étudier les interfaces hommes machines candidates avec leur(s) modalité(s) d’interaction et d’effectuer les passations expérimentales. Sur la base des résultats obtenus, il sera possible d’émettre des recommandations pour le design des nouvelles IHM, avec contextualisation des informations. Une fois les IHM et les combinaisons d’interaction développées par les partenaires du projet, il sera possible de mettre en œuvre un plan de tests sur la base d’une proposition de critères de performance des interactions proposées. Dans le cadre d’une approche itérative (dans la limite des trois années dédiées), le travail de thèse accompagnera l’effort de développement et participera à l’évaluation au fur à mesure de l’implémentation de la technologie du projet Cockpit Multimodal Interactif à l’IRT SystemX.

Vous êtes directement rattaché au Directeur de programme Transport Autonome ; vous rapportez opérationnellement à un chef de projet.

Le poste est basé à Palaiseau. Le/la candadat(e) sera inscrit(e) à l’école doctorale de l’Université Bordeaux ED 209 – SPI. Le laboratoire concerné est l’IMS UMR CNRS 5218.

Profil

Titulaire d’un diplôme de master / ingénieur facteurs humains, vous avez une première expérience professionnelle dans le domaine de l’analyse des facteurs humains et conception de systèmes IHM.

Compétences :

  • Solides compétences en analyse des facteurs humains.
  • Compréhension approfondies de la conception d’IHM.
  • Connaissance des enjeux et défis liés à l’usage des véhicules autonomes.

Qualités professionnelles :

  • Doté de capacités d’analyse, d’une forte autonomie et d’un esprit d’équipe, le doctorant devra faire preuve d’un sens aigu de l’organisation et devra s’acquitter des tâches qui lui seront confiées avec rigueur.
  • Capacité à travailler en projet : rendre compte de l’avancement des travaux et communication des résultats.

Aptitude à communiquer aussi bien à l’oral qu’a l’écrit (français et anglais).

REF : DOP 056
Pour postuler : jobs@irt-systemx.fr