Le contexte:

Les villes intelligentes doivent permettre à un territoire urbain ou périurbain de s’adapter de manière dynamique aux besoins de mobilité et de transport des personnes et des biens des citoyens, mais également aux acteurs publics et économiques à différentes échelles de temps. Ceci sans priver les élus de leur capacité de gouvernance et en anticipant l’évolution de l’organisation du territoire et de ses activités. Trois objectifs principaux doivent être atteints:

  • Comprendre la mobilité urbaine: l’objectif est d’obtenir un observatoire numérique unique et dynamique de la mobilité pour étudier les pratiques de mobilité (loisirs, accès aux services publics, travail, etc.) et la logistique urbaine, les impacts positifs et négatifs sur la population en ce qui concerne leur diversité (usages). (qualité de la vie, mobilité choisie ou subie, santé, handicap), le lien entre mobilité et activités professionnelles (mobilité du travail, commerce et livraison, espaces de co-travail, télétravail, …), les usages multimodaux, les besoins et impacts énergétiques, et environnement. Un tel observatoire doit traiter non seulement des données sur la mobilité, mais également de nombreuses formes de données sociologiques (santé, travail, loisirs, etc.) et nécessite une collaboration entre les sciences humaines, les sciences sociales, les sciences des données et l’ingénierie des systèmes.
  • Permettre une gouvernance agile et coordonnée des moyens et infrastructures de mobilité , la gestion des alertes et de la congestion pour différents modes de déplacement, l’information et l’interaction avec les utilisateurs, en particulier pour la mobilité des premiers / derniers kilomètres. Un des enjeux essentiels du contrôle de la congestion est la coordination temporelle et spatiale des activités du territoire. C’est-à-dire à la fois de penser la mise en œuvre territoriale des services et des infrastructures (logement, travail, services) en fonction de la mobilité, mais aussi de coordonner les plannings des différentes activités pour réduire les encombrements avec le soutien des acteurs et utilisateurs concernés.
  • Permettre le dimensionnement, le déploiement et l’adaptation à moyen et à long terme des équipements , infrastructures et services de mobilité proposés aux utilisateurs en fonction de leur spécificité et de l’évolution de leurs besoins et de leurs utilisations. Il s’agira d’interagir de manière dynamique avec les citoyens pour des actions de sensibilisation et de formation et de co-construire à travers cette intelligence collective (IC), de nouveaux services et usages qui seront validés dans un premier temps par simulation et par retour d’expériences. Ces services et infrastructures en particulier doivent assurer une mobilité inclusive. Les capacités de simulation et de prévision sur un territoire sont donc essentielles. Ces activités pourraient être mises en œuvre sur un jumeau numérique dynamique du territoire cible dédié à la mobilité.

Objectif de l’événement:

L’objectif de cet événement est de réunir pendant trois semaines des experts de renommée internationale pour leurs travaux sur la mobilité, issus des disciplines scientifiques suivantes: sciences de l’information et intelligence artificielle, sciences humaines et sociales et ingénierie des systèmes. Ces trois semaines proposeront des ateliers et séminaires thématiques, des groupes de travail et réflexions ainsi que des échanges avec les territoires pilotes. Une conférence plénière ouverte clôturera les trois semaines de travail collectif. Le programme proposé au cours des trois semaines s’articulera autour de deux axes thématiques:

Axe 1 (semaines 1 et 2): Comprendre et mesurer la mobilité : données de mobilité, analyses quantitatives et qualitatives, mesure de l’impact.

Quelques sujets possibles :

  • Etat de l’art, données disponibles
  • Données quantitatives et qualitatives nécessaires à l’analyse sociologique
  • Aspects juridiques, gouvernance des données ouvertes.

Axe 2 (semaines 2 et 3) : concevoir et prévoir de nouveaux modes et services de mobilité : optimisation et planification; ingénierie des systèmes de mobilité; mobilité inclusive; évaluation.

Quelques sujets possibles :

  • Outils de dimensionnement et de planification des futures infrastructures,
  • Simuler et prédire
  • Spécification, gouvernance et démocratie,
  • Informer les utilisateurs et ouvrir le jumeau,
  • Mobilité en tant que service (MaaS),
  • Encourager et faciliter la mobilité partagée, durable et multimodale,

Les thèmes et sujets finalement sélectionnés dans les deux axes seront définis avec les experts invités et leurs propositions. Ce programme sera basé sur le programme MoveInSaclay ( http://www.moveinsaclay.fr ), un programme pour les nouvelles mobilités sur trois territoires d’Ile de France (Paris-Saclay, Saint Quentin en Yvelines, Versailles). Grand Parc), impliquant également des partenaires académiques et industriels agissant sur la mobilité.

À la fin du programme, les participants rédigeront un livre blanc résumant leurs conclusions et leurs recommandations. Ce livre blanc servira de base à la définition des futures actions de recherche et des appels à projets et permettra d’initier la rédaction d’un ouvrage conjoint sur l’approche interdisciplinaire de la mobilité.

Comité du programme:

  • Patrice Aknin (IRT SystemX)
  • Laurent Baratin (MSH Paris-Saclay)
  • Dominique Barth (DAVID Lab – Université de VersaillesSQ)
  • Féthi Benouezdou (Institut Védécom)
  • Wilco Burghout (Institut Védécom)
  • Yoann Demoly (Laboratoire PRINTEMPS – SQ / CNRS de l’Université de Versailles)
  • Fabien Leurent (Laboratoire LVMT – Ecole Nationale des Ponts et Chaussées)
  • Eric Monacelli (Laboratoire LISV – Université de Versailles SQ)
  • Latifa Oukhellou (IFSTTAR-COSYS-GRETTIA)
  • Jakob Puchinger (IRT SystemX / LGI CentraleSupelec)
  • Armelle Regnault (Université Paris-Saclay)
  • Bernard Yannou (Laboratoire LGI – CentraleSupelec)
  • Laurent Willemez (Laboratoire PRINTEMPS – SQ / CNRS de l’Université de Versailles)

Rendez-vous : du 16 septembre au 4 octobre 2019

Organisation et soutien :

Ce programme est également soutenu par les instituts français IRT SystemX et Védécom, par le CNRS français (MSH Paris-Saclay, fédération SIHS) et par l’Université Paris-saclay.

L’IRT SystemX co-organise et sponsorise ce programme de recherche. A cette occasion, l’IRT SystemX présentera des travaux de recherche sur le thème de la mobilité, le 3 octobre. Ainsi, des démonstrations de plusieurs projets seront proposés :

  • MSM,
  • LCE,
  • EVA/SCA,
  • SVA/SVR

- ABONNEMENT NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'IRT SystemX

et recevez chaque mois les dernières actualités de l'institut :