Gestion dynamique de la demande de trafic pour garantir la performance d’une voie réservée

Poste

Contexte de la thèse

La requalification de l’axe A6-A7 constitue la première phase d’un programme global de refonte de la mobilité routière de la métropole lyonnaise : interdiction du trafic de transit poids lourds (PL) sur la portion déclassée, création de voies dédiées aux transports en commun, ouvertes aux taxis et à l’autopartage, diminution de certaines vitesses, reprise des largeurs de voiries et des profils d’aménagement, végétalisation et adaptation du jalonnement.

Dans ce cadre, le projet LCE (Lyon Covoiturage Expérimentation) vise à développer et expérimenter un ensemble de solutions de mobilité innovantes et intégrées afin de répondre aux enjeux du territoire. Trois cas d’usages ont été identifiés :

  • Une plateforme de covoiturage permettant de combiner les offres d’opérateurs multiples,
  • Des modules de régulation dynamique du trafic permettant d’activer et de désactiver les sections de voiries dédiées,
  • Une solution de contrôle-sanction permettant d’identifier et d’avertir les contrevenants aux consignes routières.

Les résultats de ces travaux contribueront à la réalisation d’une série d’expérimentations sur la voirie requalifiée.

L’objectif de la mesure qui consiste à dédier une voie aux véhicules transportant deux passagers ou plus est de garantir un temps de parcours performant et stable au cours de la journée aux véhicules partagés ainsi qu’aux véhicules « vignette zéro ». Cette allocation de la voirie sera dynamique puisqu’elle ne sera active qu’à certains moments de la journée. En même temps que l’incitation au co-voiturage, il s’agit de limiter les impacts négatifs sur le reste de la voirie (congestion sur le site, remontée de file d’attente, …). Afin d’accompagner ce projet et le déploiement opérationnel de la voie de co-voiturage, une thèse sur le sujet de « la gestion dynamique de la demande de trafic pour garantir la performance d’une voie réservée » est proposée.

Description de la thèse 

L’objectif de la thèse est de développer, tester et optimiser de nouvelles méthodes de gestion de la demande de transport en vue de garantir l’efficience d’une voie dynamique dédiée sur une infrastructure structurante d’un réseau de transport. L’enjeu est l’étalement du pic de demande, le report (modal ou d’itinéraire) ainsi que la massification des déplacements afin de réduire le nombre de véhicules cherchant à utiliser cette infrastructure. Dans cette perspective, l’étude des interactions entre le fonctionnement de l’infrastructure (voies dédiée et non dédiées) et les choix de déplacement des individus (heure de départ, routes ou modes) est cruciale.

Il s’agit donc de mettre au point un ensemble de stratégies agissant à différentes échelles spatiales et temporelles. Une fois ces mesures identifiées, l’approche retenue ici est le recours à la simulation microscopique dynamique du site afin de tester et d’optimiser les solutions retenues. L’usage de la simulation comme « proxy de la réalité » permettra d’aborder la question cruciale de l’évaluation des performances des différents modes de transports versus le choix effectif des usagers.

Le travail à mener est donc de nature multiple.

  • La première étape consiste à réaliser un état des lieux de la situation actuelle de l’axe A6 / A7 afin de définir une référence qui sera utilisée dans le cadre de l’observatoire de la circulation urbaine accompagnant l’évaluation expérimentale du projet.
  • Ensuite, à l’aide de ces données mais aussi des données prospectives du projet de requalification de l’axe A6 / A7 (demandes projetées, nouvelle géométrie, solutions d’activation retenues, simulations des études d’avant-projet, etc.), il s’agit de mettre en œuvre une simulation dynamique microscopique et multimodale du trafic pour le site d’étude. Cette simulation sera réalisée à l’aide de la plateforme SymuVia, développée par le LICIT. Elle doit prendre en compte à la fois les futurs dispositifs de régulation implantés sur le site mais aussi la différenciation du nombre de passagers dans les véhicules constituant le trafic.

La troisième étape du travail de thèse consiste à recenser, adapter et élaborer des méthodes de gestion du trafic et de la demande en déplacement pour atteindre les objectifs affichés de la voie dédiée au co-voiturage : temps de parcours garanti et impacts limités sur le reste de la voirie. Une fois ces solutions développées, elles seront testées et évaluées en simulation. Cet exercice d’ingénierie de la mobilité est ambitieux mais permettra de proposer des pistes d’amélioration de la gestion de la voie de co-voiturage. Une attention particulière sera portée sur une évaluation environnementale de mesures de trafic, en complément de l’évaluation de la performance du système de transport.

  • Enfin, les résultats de simulation permettent de vérifier que les solutions de mobilités proposées aux différents usagers sont bien adaptées : il s’agit de valider que la demande ciblée pour les services de co-voiturage a bien un intérêt fort à utiliser ces services. Les interactions démontrées a posteriori par la simulation permettront de comprendre les leviers incitatifs des services de co-voiturage adaptés à la demande cible.

Encadrement

La thèse financée par l’IRT SystemX sera inscrite à l’école doctorale ED 162 – MEGA de l’Université de Lyon.

La direction en sera assurée par Nicolas CHIABAUT, ITPE – HDR, ENTPE.

Le doctorant sera rattaché au Directeur de programme Territoires Intelligents de l’IRT SystemX et rapportera les évolutions de sa thèse au chef de projet LCE et à la direction scientifique de l’IRT.

Le poste est bi-localisé à Villeurbane (IRT SystemX) et Vaulx-en-Velin (ENTPE).

Profil

Formation de base

  • Titulaire d’un diplôme d’ingénieur et/ou de master incluant une spécialité dans les transports et la mobilité.

Compétences

  • Connaissances dans la mobilité (urbaine)
  • Expérience dans la mise en œuvre de simulations complexes, l’analyse de données et l’interprétation de résultats
  • Une première expérience du monde de la Recherche, type stage de Master, est indispensable

Qualités professionnelles 

  • Doté de capacités d’analyse, d’une forte autonomie et d’un esprit d’équipe, le doctorant devra faire preuve de réelles dispositions pour la recherche, tout en assurant un reporting précis aux partenaires du projet SystemX
  • Capacité à interagir avec un environnement pluridisciplinaire de grande ampleur impliquant des partenaires industriels
  • Aptitude à communiquer aussi bien à l’oral qu’à l’écrit

Position

  • Doctorant

REF : DOP 080
Pour postuler : jobs@irt-systemx.fr